On a trouvé le Roro (Chronique d’Eternel Love)

Admiral T, Tiwony, Saïk, Misié Sadik, Mali, Daly, Paille, E.sy Kennenga, Stevy Mahy … la liste est encore longue mais je dois dire que je suis plutôt familier avec l’univers musical séculier des west indies !

Avant ma conversion, j’ai longtemps écouté ces artistes (et j’en écoute encore certains aujourd’hui), tout simplement parce que j’aimais (et j’aime toujours) la musicalité de leurs œuvres. Bon, je dois dire aussi que ma femme est martiniquaise, du coup ça facilite les choses (notamment dans la compréhension du créole).

Plus tard, bien aidé par les compilations Gospel Act de Piero Battery, je me suis penché sur le vivier musical chrétien caribéen (Benaja, Sentinel Crew, Rodstar …) assez riche artistiquement mais plutôt rare en sortie.

C’est vrai que la musique chrétienne se porte bien ici. Elle a tout de même besoin de nouveaux poumons et un besoin de se structurer. C’est ce qu’on essaye de faire avec le label Trappè Tounin Kretien.

Roro

Ce que j’apprécie particulièrement chez les artistes des Antilles c’est ce petit plus dans le groove et dans le flow qui les mets à part dans le milieu de la musique.

Shake ton Booty Baby, le cliché de la musique des îles

Malheureusement, les médias mainstream réduisent souvent la musique des caraïbes au zouk et à ses dérivés potaches (vous savez de qui je parle). Ils préfèrent mettre en avant une musique clichée et légère plutôt que celle avec des messages forts.

« Shake ton Booty Baby », « Bébé reviens-moi » … est-ce que la musique des îles se limitent à ça … bien sûr que non et je vais vous en donner un bon exemple à travers cette chronique.

C’est vraiment dommage ces clichés sur notre musique. Les médias tombent souvent dans la facilité tout ça pour une question commerciale alors qu’il y a beaucoup de talents aux Antilles qui mériteraient plus d’exposition.

Roro

On a trouvé le Roro !

L’arrivée du rappeur Sha-D dans le milieu de la musique chrétienne a ravivé mon appétit pour la musique créole. J’ai découvert une nouvelle génération d’artiste de talent (Roro, Steffrem, Yoh.mky, Loudgi, Hendrick G …).

Roro, m’a particulièrement marqué. C’est Sha-D qui m’a partagé sa musique et j’ai accroché tout de suite à son univers musical plutôt orienté Dancehall.

Revenons sur le parcours musical de l’artiste. Il s’est fait connaitre en sortant une série de freestyle intitulé Holy Ghost Faya.

Déjà, son empreinte vocale m’étonne. Il faut dire qu’il a une voix hors norme et une présence quasi charismatique.

En 2006, j’ai pris conscience que je pouvais travailler ma voix. J’écoutais Admiral T, Kalash, Mighty Ki La et Elvis. Je voulais chanter fort mais ça m’a plutôt causer du tort car je forçais sur ma voix, je criais trop. Dans cette période, j’ai perdu ma mère et toute ma souffrance s’est exprimé à travers ma voix, d’où mon grain de voix aujourd’hui.

Roro

La première vraie grosse claque arrive avec son single Pwazon que j’ai joué en boucle pendant un long moment. Un morceau qui parle des poisons de la vie. L’interprétation est juste énorme, on sent que l’artiste y met tout son cœur.

Puis un second single pointe le bout de son nez. Gras Ou Anlè Mwen, un morceau doux qui parle de la grâce de Dieu. Encore une fois, l’interprétation du MC est poignante. La voix de Roro y est pour beaucoup. Son grain, sa façon de placer les mots … j’aime beaucoup.

Un troisième single sort avant la sortie de l’album c’est Mi aime a Ou qui reprend à peu près les mêmes recettes que les précédents c’est-à-dire une bonne dose d’émotion et de musicalité.

On a commencé à travailler sur l’album début 2019. Au départ on voulait sortir un EP de 5 morceaux et finalement le saint esprit nous a tellement inspiré que c’est devenu un album.

Roro

Eternel Love : Meilleur album Dancehall francophone

Je dois dire que j’avais hâte d’écouter son premier album « Eternel Love » et croyez-moi, je n’ai pas été déçu par celui-ci.

Étant agréablement surpris par les 3 premiers singles, je savais que la suite allait être lourde.

L’album s’ouvre sur un triptyque nommé Eternel Luv : 3 morceaux (Pa Ni Pesson’Konw, Mi Aime a Ou et Pliss Diw) qui montrent et démontrent l’amour éternel de Dieu se succèdent. Une bonne introduction à l’univers musical de Roro.

Puis mon coup de cœur de l’album arrive. Lavi Mwen, ce titre me touche particulièrement. Tout y est parfait, le beat, les paroles, le flow … Cherchez pas c’est mon morceau du moment !

Les 2 morceaux sont l’occasion d’écouter les premiers invités de l’album. Steffrem, Speech et Soné. Jusko Bout est plutôt cloud rap tandis que Rise Up est 100% dancehall.
On enchaine ensuite avec Strong et son beat planant. Comme à son habitude, Roro donne tout sur le morceau, l’interprétation est sublime.

Sur Ghetto Testimony, j’ai le plaisir d’écouter Sha-D et son flow Trap. Son association avec Roro est parfaite, on sent une vraie alchimie entre les 2 MC.

Je connais Sha-D depuis 2002. On a fait partie de plusieurs groupes dans nos années collèges et lycées. En 2008, on s’est un peu perdu de vue puis en 2016 on s’est retrouvé par la grâce de Dieu. On s’est rendu compte qu’on avait un travail à faire en tant que compagnon de guerre dans le ministère de la musique et les fruits le confirment aujourd’hui.

Roro

Après Pwazon et Grass Ou Anlé Mwen, on retrouve le morceau Bo koté mwen (Lynn) avec un instru typiquement caribéenne et toujours la même musicalité qui fait plaisir.
L’album se conclut sur Holy Ghost Anthem, le 4ème de ses freestyle Holy Ghost Fiya.

Avec « Eternel Love », le label Trappé Tounin Krétien de Sha-D frappe vraiment fort. Je considère cet album comme l’un des meilleurs album dancehall chrétien francophone de tous les temps.

Tout y est. Flow, Lyrics, Musicalité, Technique, Interprétation … la production musicale est de qualité alors si vous n’avez jamais écouté de dancehall, c’est l’occasion de le faire. Vous serez édifié et encouragé par cet album émanant d’un homme authentique et talentueux.

Dans cet album, je parle de l’amour de Dieu. L’amour de Dieu pour tous, croyants ou non. Dieu est tellement mal vue dans notre société actuelle que je voulais parler de lui et dire ce qu’il est vraiment : AMOUR.

Roro