Qui veut la peau de mon beat ?

J’ai un Ipad avec l’application Garage Band et croyez-moi, j’arrive à produire des morceaux incroyables en à peu près 10 minutes.

Elle est loin l’époque ou je me cassais la tête à assembler des samples avec le logiciel Groove Ejay (oui ça date) et ce qui est sûr c’est qu’il n’a jamais été aussi facile de produire de la musique qu’en 2018 !

Alors qu’il fallait investir des milliers d’euros en matériel et en logiciel il y a quelques années, une tablette suffit aujourd’hui pour sortir un beat de qualité.

Problème, les beatmakers se sont multipliés et la créativité en a pris un coup ! Il suffit de faire un tour sur Youtube ou Soundcloud pour s’apercevoir que la plupart des compositeurs ne proposent plus que des « Type Beat » s’inspirant fortement des sonorités des beatmakers les plus « Hype » du moment.

Le pire dans tout ça, c’est qu’avec ces fameux « Type Beat », on peut retrouver le même beat sur les albums de 2 artistes différents.

Mais comment cela peut-il arriver ? Et bien cela arrive selon la licence ou l’accord que l’on a pris avec le beatmaker lors de l’achat du beat.

Mantra Beats

Exemple de modèle économique pour l’achat d’un beat (Source : www.thebeatplug.com)

Les compositeurs proposent généralement plusieurs formules qui vont de 10 à 1000 euros (le prix va plus haut pour les plus connus) et qui accordent plus ou moins de droit à l’acheteur sur l’œuvre (le mieux étant bien sûr d’avoir l’utilisation exclusive).

Evidemment, les artistes indépendants aux petits budgets ont généralement recours à l’option la moins onéreuse et c’est pour cela que l’on se retrouve avec des beats similaires pour 2 artistes différents et parfois même du plagiat comme le rappeur Phora qui a littéralement copié le flow et le clip de Joey Jewish.

L’original par Joey Jewish

La copie par Phora

Joey Jewish plafonne à plus de 130000 vues (son clip est posté sur 2 chaînes youtube) tandis que Phora a plus de 3 millions de vues pour sa vidéo ! Ce plagiat n’a apparemment choqué personne (ou est passé inaperçu à cause du manque de visibilité médiatique de Joey Jewish par rapport à Phora) et c’est le gros côté négatif de l’utilisation des « Type Beat ».

Bon, il y a quand même des côtés positifs avec les « Type Beat ». Un peu à la manière des « Riddims » dans le Reggae/Dancehall, ils permettent de voir qui exploitera au mieux l’instru et aussi aux Dj’s d’inventer des featuring à la base inexistant.

Ho mais attendez !!! Que vois-je ICI ? 6 morceaux spécialement remixés pour vous et des combinaisons exclusives d’artistes que j’apprécie beaucoup (7even, Bethléem Bâtiment C, Deeboy, Benjah, Whatuprg, Feelo, Joey Jewish, Derek Minor, Nekfeu) ! J’ai rajouté en bonus le Mash-Up Joey Jewish/Phora.

typebeat

Cliquez sur l’image pour télécharger la compilation (ou ICI)

Le débat du jour : Que pensez-vous des « Type Beat » ? Sont-ils une opportunité ou une menace pour le mouvement Rap/R’n’B ?

N’hésitez pas à réagir sur les réseaux sociaux avec le Hashtag #QuiVeutLaPeauDeMonBeat


Me suivre sur Twitter en cliquant ICI

Me suivre sur Facebook en cliquant ICI

Me suivre sur Instagram en cliquant ICI

Publicités